maracuja, la longue route autour du monde

LE COMPTE A REBOURS A COMMENCÉ

Le départ est fixé. C'est mercredi prochain, 16 octobre à 16 heures (heure locale), que Thierry a prévu de larguer les amarres à la marina de Rivière-Sens pour entreprendre son tour du monde à la voile en solitaire, sans escale, et sans assistance. Un périple de 40 000 Km (25 000 miles) qu'il se donne 7 mois pour boucler...

De tous les navigateurs qui, depuis l'an dernier, s'élancent les uns après les autres pour réaliser cet extraordinaire défi, bien peu sont allés au bout. Thierry, lui, compte bien y parvenir pour entrer dans le club très fermé de ceux qui ont réussi cet exploit...

Aujourd'hui, à quelques jours du départ, il met la dernière main à ses préparatifs. L'installation des équipements de bord destinés à lui rendre l'aventure moins difficile et moins risquée occupe ses moindres instants : il a fallu munir le bateau d'un pilote automatique, d'un régulateur d'allure, d'une hélice pliable, d'un dispositif à ultrasons pour réduire l'accrochage des organismes marins sur la coque, d'un désalinisateur d'eau de mer, d'une éolienne... Notre marin a amélioré l'isolation thermique de l'habitacle de son bateau et il procède actuellement à l'avitaillement en eau et en denrées alimentaires en quantité suffisante pour "tenir" pendant au moins 8 mois.


Dans un premier temps, il avait envisagé de prendre le départ depuis le pied de la statue de la Liberté à New-York le 1e septembre dernier. Mais en raison des délais, il a dû reporter son départ au 16 octobre. "J’ai prévu de longer d’abord les côtes brésiliennes jusqu’au 30è parallèle afin de contourner le “pot-au-noir” (la zone intertropicale de convergence, instable et variable) et l’anticyclone de Sainte-Hélène. Je descendrai ensuite vers le Cap de Bonne Espérance que je croiserai le plus loin possible des côtes de l’Afrique. Je prévois d’y passer vers la mi-décembre."

Il s'élancera ensuite à travers l'océan Indien puis l'océan Pacifique et, si tout va bien, passera le cap Horn au mois de mars 2020. De là, il lui restera environ deux mois de navigation pour regagner la Guadeloupe.

 

Les trois dernières semaines de préparation qu'il vient de vivre ont été particulièrement éprouvantes. Il a désormais hâte d'être seul en mer pour se retrouver avec lui-même et se reposer.

Grâce au matériel performant embarqué à bord qui permettra à Thierry de rester en contact quasi quotidien avec ceux qu'il aura laissés à terre et il sera possible de suivre son parcours de jour en jour. 

Et si vous souhaitez lui apporter concrètement votre soutien, il est encore temps de faire un don sur : https://www.leetchi.com/e/projets-de-thierry-deroy



13/10/2019
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 47 autres membres